Lounge Menu

7 nov. 2016

What if you are manipulated from every side ? What if Trump is REAL and WIN ?

On top of everything, of every ''opinions'' or sides you are, admit it, how many of your friends seems brainwashed by the main stream medias (MSM) ?   How often do you ear, especially young hipster women that Trump is a sexist and racist ?   Is that the only argument the once progressive left has to say against a conservative freak ?  30 years after, the so called left is no longer progressive, only whining and regressive with no arguments about the real issues or policy.  No their are just offended by what the MSM BS program them to be offended about.

In this video editorial and free of any prep text, I speak my mind and hearth reviewing what I saw, heard and felt in my many travels in USA last year + what I could watch on both MSM (Main Stream Media)  and ALT media.  It's not necessary about supporting Trump, it's about the message and the manipulation that it is used by everyone to get lies between the truth.  Is there truth anyway or just EGO & Selfishness ?


TRUMP is REAL and speak from his heart and head.  He is convince of his mission and this is wonderful, no mater you like him or not.  We have to admit that this man is consistent and true to himself, is family and people.

See it here for yourself, in this powerful and well done video from Patrick Henry about 3 decade of Trump views and opinion and showing is true self and consistency.
https://youtu.be/OCabT_O0YSM

Even the progressist  Micheal Moore come to the fact that DJT have a point and he is courageous, even if Micheal Moor is a SACK of SHIT and manipulate people:
https://youtu.be/XsPlwhahHAo

In for all of you that want to clean yourself from the MSM propaganda by, maybe another propaganda, I don't know, but guys, wake up, question more and think for yourself going out your safe space bubble of think alike...    Listen to Lynne Patton, one of Trump Org. Exect:
https://youtu.be/lxaKUo5naoY

On November 8th:  I am with you:  Movement of People who have enough of BS.  Take the risk of doing otherwise and fight the NWO Globalist!  Solidarity with the objective just!

All around the World WE have enough of #MSM #BS #PC and hypocrisy! #DrainTheSwamp From DC to Everywhere.  #MAGA #Canuck4Trump

In lak'ech

12 oct. 2016

Les Histoires de la Lorientaise

Du Labrador jusqu'à l'Estuaire de Nantes, un homme écrit son amour à son amour.

La vie, comme une brûlure, vient au monde dans une demeure de la Petite Rivière Saint-François en Charlevoix.

Le secret de l'Île de Groix
                            - Textes de Gaëtan Lavoie, récité par le comédien Patrick Peuvion.

Affiche originale, trouvée au fond de mon coffre
1996, il y 20 ans, le Plateau était ma demeure encore.  Il y avait une vraie vie culturelle et de la diversité dans au moins trois langues et plus.   Le vrai Montréal cosmopolite.
Nous avions les Dimanches du Contes au feu Sergent Recruteur, l'une des premières brasserie artisanale de Montréal rue St-Laurent à hauteur de Villeneuve.   Et à qui savais voir,  sur le comptoir de Paris-Brest du feu Lorientaise,  le flyers annonçant les soirées sporadiques et éphémères des Histoire de la Lorientaise, ce vaisseau breton mystérieux, conté par l'excellent et émouvant Patrick Peuvion.  Dans ce charmant authentique café-bistro breton et chocolatier pâtissier hors pair qu'était Marcel,le chef.   Ce Café gîtait sur l'avenue Mont-Royale Est entre de Lorimier et de Bordeaux.

Alors que voici, un soir d'hiver d'avant Noël de 1996, en ce samedi 14 de décembre, pour l'anniversaire de notre Elsa, nous fûmes là tout au chaud à savourer les repas du chef Marcel et à s'abreuver l'esprit de ces histoires de bateau mystique et de ces matelots.  Le café était plein et nous nous étions devant et assoiffés, aux premières loges.
Léo, José Manuel et la fêtée Elsa et ce Gaston, ah oui, Gaston, ce mystérieux de la rue Brébeuf, obstineux!

À la fin des trois histoires et de cette soirée mémorable de ma vie, de ces derniers 25 ans, que je célèbre en 16, je vous reproduit ce que les 3 artistes et le conteur nous ont écris au dos d'un napperon de table et nous à remis à la fêté.  Il y avait une telle énergie de ce soir là entre nous 4 et eux 3, c'était magnifique, tout autant que ce vent dehors qui faisait respirer l'air.   J'ai recopier au verso de l'affiche originale ce qu'Elsa avec eu au dos du napperon.   Je suis heureux de le partager avec presque 20 ans plus tard:

« Ce soir là vous étiez si jeunes, si unis, avec au bout du regard
Le commencement de la vie.
J'écris depuis longtemps
Et c'est dans vos visages, comme les vôtres
Des visages recouvert par des couleurs d'âme pure
que je trouve des parcelles de monde.
Ce soir là vous étiez si présents.
Avec au bout de vos souffles des présents,
des offrandes d'écoute qui m'ont nourri. »

Merci xxx

Gaëtan Lavoie, Béatrice Raimbault et Patrick Peuvion*

C'était au Bistro Breton Lorientaise gîte au 2006, Avenue du Mont-Royal Est, Plateau, Montréal un soir d'hiver de décembre 1996.

*REP Patrick  (https://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Peuvion)

13 sept. 2016

Je suis juste un Gars 9: Becoming my Better Self

La Treizologie de Frédö sur l’Amour et la Lumière™  Épisode 9:
Becoming my Better Self et Être présent sans remord.


Dédié à celles et ceux qui m'ont pleuré...

Waking up in a middle of the night under the light of a full moon, laying on the soil of a dark green forest,  across a lake, I see, I feel.  Hearing at a distance « Papa, papa…  où es-tu papa? » mixed with a dog barking, or is it a wolf ?

Ce Lac, une nuit à Val-David: source ou portail ?
 La nuit est bleue par la lune reflétant sur le lac.   Je connais bien ce lac et les montagnes qu'il l'entoure.  Ces grands conifères densifiant l'endroit, le rendant sombre et plein de lumière en même temps.

«Où es-tu papa?» persiste la voix de l'enfant, ni triste, ni joyeuse, seulement un écho questionnant, cherchant.  La voix douce et pure d'un garçon de 8 ans se réveillant d'un rêve.    Le rêve, cet autre monde, cet autre univers d'où il vient.   Être témoin de choses étranges. D'êtres étranges, lumineux, calme, triste, seul et plusieurs à la fois.
 
Nuits après nuits, ils viennent à lui, depuis ce temps lui rappeler qu'il ne se souvient pas.  Lui rappeler qu'ils regrettent de l'avoir laissé descendre sur Terre.

Mon enfance éclata
Ce fut l'adolescence
Et le mur du silence
Un matin se brisa
Ce fut la première fleur
Et la première fille
La première gentille
Et la première peur
Je volais je le jure
Je jure que je volais
Mon cœoeur ouvrait les bras
Je n'étais plus barbare

Un sujet fort important, une raisonnante en moi et avec les univers: de l'Être à soi-l'humain qui fait l'expérience sur ce plan ici de la multitude des possibilités.  Voilà des années que je médite, écris et explore ce possible savoir et que je ressens dans mon expérience qu'effectivement: 
1)  il n'y a pas de plan divin,
2)  il n'y a pas de «devoir» ou «falloir» il y a belle et bien «aimer», «tripper»  Vivre, faire l'expérience au maximum tant qu'on est sur ce plan.   
3) il Y A que soi et cette quête d'être présent, de simple vivre


Être là.  Présent
Nous ne sommes pas en mission, l'être conscient unique veut simplement faire une multitude diverse d'expériences via un ensemble d'êtres plus au moins conscient.

Soyez là.  Offrez-vous la qualité de présence.  La lucidité d'un rêve.  Étrange, paradoxale, cosmique...  Ce que vous voyez ou imaginez, ce que vous entendez ou pensez, existe quelque part ou ailleurs.   Quand nous sommes, avec l'une et l'autre: soyons présent, donnons nous ce seul moment d'être là et non ailleurs.  Ici dans ce qui semble vrai et non l'illusion de déconnexion connecté dans un là-bas, au-delà cet écran d'iPhone à faire semblant de vivre dans un Fakebook de plus en plus totalitaire.

Je suis un soir d'été avec mon ami Le Grand Jacques

Et nous chantons à tue tête notre amour résilient, pour toutes ces femelles, que jadis j'ai cru, mais qui n'ont point venu.  Lors de ces nuits d'automne, lorsque je lis ces feuilles de mon grand coffre bleu, je deviens les yeux tout bleus, de l'eau qui va fontaine.   C'est en crispant mon coeur, que je sors ce vinyle pour réentendre ce qui me rappelle moi et la souffrance d'être bien, seul dans la nuit.



Je suis un soir d'été
De lourdes amoureuses Aux odeurs de cuisine
Promènent leur poitrine
Sur les flancs de la Meuse
Il leur manque un soldat
Pour que l'été ripaille
Et monte vaille que vaille
Jusqu'en haut de leurs bas


Un de mes grand In lak'ech, ce Grand Jacques.  Un de mes autres moi-même les plus puissant du fond de l'âme, des cris du coeur.  
Il est mort de l'amour, le vrai, absent de cette Terre.  Il voulait, comme moi, aimer vraiment, de l'amour pur, de cette énergie bloquée ici-bas sur cette Terre de fait-semblants, d'hypocrites et de haineux.

Et la Femme, qui s'éloigne toujours de l'amour, insensible, matérialiste, territorial, prudente, froide reptilienne... Dictatrice de l'avenir.   «On est que le présent».   
L'homme est Polyamoureux car un tout-le-temps maintenant.  
La femme nous tire vers le bas de cette dimension-ci, car elle n'est pas maintenant et ne voit que demain, elle ce voit dans l'autre, ces enfants qui sont sa dépendance affective.

Voilà la Femme dites créatrice.  Elle n'est que créatrice de créatures et de faux-semblants artificiels et à contrôler maternant tout ce qui a un phallus.   En fait, elle ne crée pas, elle manipule le vrai en paraître et en l'illusion.  Elle  «Fait» amour qui tue à petit feu notre espèce prisonnière de sa prédatrice cosmique et superficielle.   Nous n'étions qu'unE.   Elle a tout cassé.  En fracas de verre, la truie qui veut allaiter sa progéniture.   
Lui, il est l'amour.  Il ne fait pas l'amour, il l'est, ici et maintenant, en contemplation.  Il se laisse à l'exploration parce que c'est dangereux et impossible, surtout parce que c'est impossible.  Il est romantique et il se souvient qu'il n'était qu'unE avec elle.


Ces Rendez-vous manqués et encore.

Il y a 25 tours de soleil, à l'été de mes 16 ans, au printemps de ma vie, je commençais à marcher sur un chemin vers l'exploration des relations.
J'ai toujours été lucide et aussi très candide.  Si je suis devenu ce loup loin de sa meute, caché dans la montagne, c'est parce que l'humain m'a déçut plus d'une fois.  Non, pas du tout.  C'est arrivé, c'est vrai, mais ce n'est plus le cas.   Je suis content.  Je suis heureux de ma solitude.  J'ai bien compris qui je suis et que je suis à mieux être seul que le complice d'une personne qui ne veut pas que je sois moi.  Qui ne fait que penser rêver et n'a que pour désir de me demander de faire attention, d'être prudent.  Non.  Ce n'est pas moi.

Alors, lucide, candide et électron libre, je fais mon chemin et j'en ai déçu plus d'une et même d'uns.
Et oui, je suis Cosmosexuel épanouis et vivant plein temps!   En lisant les lettres que je sortîmes de mon coffre bleu l'an dernier: j'ai été frappé de tant de gens que j'aurais déçus, parce que je n'ai soit pas répondu à leur désir ou bien, ils et elles l'auraient fallu m'écrire une lettre pour me «réveiller» à leur désir d'être avec moi.

Vient ensuite l'ère des retrouvailles sur Internet, d'abord avec des sites d'écoles, puis cet époque intéressante de Fakebook.  Des dates, des cafés, des motels, des femmes dans mon lit.  Me racontant comment en secondaire 4 elles me voulaient tant.  le candide innocent en moi n'avait rien vu, et 10 ans plus tard il en baisait la moitié de toute sa lucidité.

Puis, il y a ces nombreux doux moments d'inconu-e-s qui resterons à jamais anonymes.   Sans compter ces french kiss volés ici et là, dans des raves, partys et plus, que je n'ai jamais revus la personne, ni même porté une attention de leur courir après.   C'est amusant que deux de mes ex m'ont accusé d'être «Stalker»  alors qu'en fait, quand je décrisse, je décâlisse et surtout, je n'ai jamais courru après personne.  C'est bien le contraire.  En fait, je n'ai jamais vraiment fait les premiers pas ou même choisi.  Je suis plutôt le buffet, qu'on vient sniffer.

En toute sincérité, je dois admettre, qu'il y a certains rendez-vous manqués, avec une possible histoire d'amour ou de sexe, qui me font encore aujourd'hui, trop penser à en verser des larmes sous la douche après une soirée passé avec elle ou après un brunch bien sympathique à s'écouter se convaincre que l'on est bien dans ces choix de vie.

Ma Femme Stellaire, à venir
J'ai vécu l'amour et l'âme sœur dans 3 personnes sur cette Terre.   Les trois m'ont fait grandir dans l'âme et dans tout les dimension qu'offre cette densité ici.   Je l'ai remercie encore et toujours.  Avec elles, le rendez-vous n'a pas été manqué.  C'est plutôt l'avenir qui a été avorté.  Une par la nature et la philosophie, elle a quitté son corps éthérique.   Une autre, trop accroché à la superficialité, m'a fait la laisser 3 fois pour ne plus revenir une 4e fois et la dernière, j'ai fais ce que j'ai pu après l'avoir aimé 6 fois en 25 ans.


Un éternel célébataire, cosmosexuel, fétichiste switch, ambivalent libertaire, nihiliste anarchiste qui ne veut pas d'enfant, en quête d'une personne stellaire!   Je vis ma vie relationnelle comme je vois ce monde: une expérience multi-possible et infini de possibilité.   On m'a souvent écrit,  selon le résumé des lettres trillées l'an dernier, que «je brise des coeurs, par mon indifférence».   C'est pourtant souvent l'inverse que j'ai vécu, avec ces mêmes accusatrices.  Souvent, j'étais bien lucide de leur désir, mais j'étais surtout tout autant allumé au fait que je ne pourrais et ne voudrais jamais être celui qu'elles recherchaient.  J'ai souvent jamais donné suite à des avances en connaissance de cause, et en sachant, au fond de moi, que j’évoluerais vers une Better version de ce que j'étais, je suis et deviens.
Je ressentais leur désir de moi.  Je ressentais également leur désir d'une autre vie que ce que le vrai moi ne leur offrirait pas.
C'est ainsi, je continue mon chemin, en laissant beaucoup sur le pavé et derrière moi.  I never look back.

Si on revient à ces rendez-vous manqués, que je côtoie encore 25 ans plus tard, sans les nommer, elles se reconnaîtrons peut-être.
Deux femmes, à mes yeux exceptionnelles.
L'une d'elle que j'ai toujours aimé, jusqu'à avoir eu envie de la volé à son Roi.   Elle a toujours été ce mystère silencieux, qui m'a toujours guetté, depuis une passerelle à Eulalie, jusqu'aux nuits d'une beignerie en passant par ces croisements ici et là dans le temps et l'espace.  Je sais aujour'dhui que c'est fini même si ça n'a jamais commencé.   J'ai plein de souvenir de mes désirs pour elle qu'elle ne sait pas et ne saura jamais.  Une image, d'elle, s'endormant sur mon épaule dans un bus vers Québec.  Je n'en dirais pas plus, car Brel joue encore et le coeur pourrait me fendre.
La deuxième.  Comment dire.  Je ne crois plus qu'elle lit vraiment mon blogue, comme elle le faisait outre Atlantique.   Je pourrais la nommer qu'elle ne réagirait même pas.  Elle est tout aussi comme moi, sans être moi ni pareille, juste semblable philosophiquement qu'elle m'en énerve même.   J'aurais pu vouloir être son amant, alors qu'elle a fait de moi son Prince...    Elle m'a aimé comme elle s'aime: complètement détaché et mystérieusement effacé.  Derrière MSN souvent, je l'attendais avec 6h de décalage.   Elle est ici maintenant, arrivé au moment où j'étais en deuil, d'avoir laisser aller bien des gens, dont elle.  C'est spécial, nous sommes spécial.  Je sais que c'est fini, de toute façon ça n'avait jamais commencé et avec raison.   Ce ne m'empêche pas de la pleurer parfois, en silence, en regardant vers l'est.

Dans tous ça, tous ces rendez-vous manqués ou croisement.  Je ne regrette rien.  Je suis résilier et bien.   Je grandis et je continue ma route.  Je reste ouvert et garde le sourire dans toute ma puissance romantique d'homme véritable, d'être présent qui marche dans l'instant présent de sa meilleur version.

Sur le chemin de ma liberté, de ma meilleur version
C'était 9 de treize.
à suivre...

La Treizologie de Frédö, revisitez les 8 épisodes précédent de la série:
http://www.fredolounge.blogspot.ca/search/label/Treizologie

Billets les plus lus ce mois-ci!

Docuweb

Shades of Blue :: is a documentary revealing the physical and spiritual connection between the water ecosystems of the Yucatan Peninsula and its people shadesofbluemovie.com

Shades of Blue - English version from Jonathan Glancy on Vimeo.

Droits d'auteur de ce blog et conditions d'utilisations
Toutes les images et textes appartenant à des tiers sont des créations ou répondent de droits d'auteur du lien auquel il renvoi ou auquel ils sont cités.

Frédö Lounge croit en l'utilisation libre d'Internet et au partage réciproque de l'information, des créations et des droits d'auteur du moment qu'il respectent réciproquement le contrat de création communes et les conditions d'utilisation et de diffusion libellé que vous pouvez afficher et consulter en cliquant sur le lien CC au bas de cette page.

Tous les textes signés Frédö sur ce blog appartiennent à l'Alias Frédö Joly et sont assujettis au certificat de droits d'auteur et aux conditions d'utilisations de ce site que vous pouvez consulter en cliquant sur le lien CC au bas de la page.

Contactez l'auteur du blog en cliquant ICI

Tous droits réservés et ©copyright